En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus OK
Une école du Groupe IGS
Campus Paris | Lyon | Toulouse |et 3 sites d'études : Londres . Madrid . Dublin
IGS RH Ecole
IGS RH Ecole
IGS RH, l'école des ressources humaines

Etude Hays : tendances générales de l’emploi en France

La 6e édition de la très attendue étude de rémunération nationale du cabinet Hays propose, comme à l’accoutumée, de revenir sur l’évolution des tendances générales des Ressources Humaines pour l’année écoulée. La mouture 2016 de l’enquête a été élaborée avec le concours d’un panel de 3 200 candidats et clients du cabinet. Nous vous proposons de synthétiser les principales conclusions de l’étude…

Tendances générales : bilan de l’année 2015

Les candidats sont toujours vigilants, mais ils prennent plus de risques que l’année dernière ! En effet, 47% des candidats du cabinet interrogés ont changé d’emploi en 2015, contre seulement 35% en 2014. Mieux : ils sont désormais plus nombreux à considérer que l’intérêt du poste (65%) et les perspectives d’évolution (64%) sont plus prioritaires que la rémunération (61%). Du côté des entreprises, le niveau des recrutements poursuit sa tendance à la baisse et atteint les 81%, contre un peu plus de 88% en 2014. A la question « avez-vous recruté de nouveaux collaborateurs en 2015 ? », 73% des grands groupes ont répondu par l’affirmative contre 86% du côté des PME. Pour 30% des PME interrogées, les nouveaux recrutements ont porté sur plus de 10% de l’effectif total. Enfin, il est intéressant de noter que l’accroissement de l’activité est à l’origine du recrutement des PME dans 53% des cas (contre 37% pour les grands groupes).

Le travail temporaire : tremplin vers l’emploi ?

La question de la précarité du travail temporaire alimente encore aujourd’hui le débat. Pour 53,9% des entreprises sondées, les compétences recrutées pour un travail temporaire sont similaires à celles recrutées pour un CDI. L’intérim est donc envisagé comme un outil de flexibilité et d’opérationnalité immédiate. L’allongement des durées des missions de travail temporaire appuie cet état de fait. En effet, 30% des entreprises font désormais appel à l’intérim pour des missions de plus de 3 mois. Pour 64% des candidats sondés, le travail temporaire est un catalyseur de compétences et surtout d’employabilité ; le travail temporaire permet d’ailleurs de faciliter l’accès des candidats à des grands groupes auxquels ils n’auraient peut-être jamais eu accès s’ils demandaient un CDI d’emblée. Enfin, notons que seules 16,9% des entreprises sondées associent le travail temporaire à la précarité.

Les métiers des Ressources Humaines vous intéressent ? Découvrez les programmes IGS RH, l’école qui forme 1 cadre RH sur 4 en France !