Une école du Groupe IGS
Campus Paris | Lyon | Toulouse |et 3 sites d'études : Londres . Madrid . Dublin
IGS RH Ecole
IGS RH Ecole
IGS RH | école ressources humaines

Les métiers en tension

On vous donne les clés pour comprendre notre thématique

 

Dans cet article, vous découvrirez le marché de l’offre et de la demande et ses enjeux. Nous vous exposerons la contextualisation des métiers en tension et les dix facteurs liés à ces tensions.

 

Un marché en déséquilibre

Selon l’Observatoire Régional des Métiers (ORM), “Parler de métiers en tension, c’est évoquer un déséquilibre entre offres et demandes d’emploi pour un métier donné. “ Nous entendons par offre, le besoin en main-d’oeuvre sur le marché et par demande, les compétences des différents candidats mises à disposition au sein du marché. La tension se traduit lorsque l’offre d’emploi émise sur le marché du travail (OEE) est supérieure à la demande exprimée par les personnes cherchant à s’insérer (DEE), ou que l’écart entre les deux est faible. Les causes des difficultés de recrutement peuvent être de nature quantitative (nombre de postulants) ou qualitative (compétences recherchées en adéquation au poste).

Selon l’INSEE, les demandeurs d’emploi sont « les personnes qui inscrivent à Pôle Emploi. Ces demandeurs sont enregistrés à Pôle Emploi dans différentes catégories de demandes d’emploi en fonction de leur disponibilité, du type de contrat recherché et de la quantité du temps de travail souhaitée.”

 


 

Les évolutions conjoncturelles

En France, ces tensions sont généralement liées à des évolutions technologiques. En effet, l’évolution constante de nouveaux procédés entraîne aujourd’hui une obligation de s’adapter continuellement à l’ère numérique. L’évolution démographique est également un facteur de ces tensions. Certains secteurs ont des besoins en recrutement, le plus souvent du fait d’une hausse saisonnière ou durable de l’activité ou encore la nécessité de remplacer certains postes vacants (départ à la retraite, mobilité familiale ou professionnelle, arrêt prolongé pour cause de maladie etc). Dernièrement, le contexte sanitaire et la conjoncture économique ont favorisé un réel déséquilibre entre l’offre et la demande. Les mesures mises en place en réponse à la pandémie de Covid-19 ont conduit à une chute brutale de l’activité économique.

D’après un article du Conseil d’analyse économique publié le 31 juillet 2020, on parle de « choc d’offre » lorsque l’activité des entreprises est réduite et la capacité à recruter est très faible. En revanche, un « choc de demande » c’est la capacité ou la volonté des demandeurs d’emploi à se remettre sur le marché du travail.

Par ailleurs, le fait que tous les secteurs ne soient pas affectés de la même manière ouvre la possibilité que le choc d’offre se transforme en choc de demande. Ce que des travaux récents appellent : un choc d’offre keynésien.

 


 

Les facteurs liés aux tensions

Le CODESPAR, en partenariat avec la Maison de l’Emploi, de l’Insertion et de la Formation professionnelle du bassin d’emploi de Rennes (MEIF), ont mis en place un groupe de travail sur les « métiers en tension » et ont réalisé un diagnostic. Nous avons souhaité vous détailler ici les 10 principaux facteurs explicatifs qui ressortent.

  1. Le manque d’anticipation et de communication lors des recrutements dans les besoins en compétences à court et long terme.
  2. Les difficultés de transparence notifiées sur les procédures de recrutement et les organismes qui peuvent les accompagner.
  3. Les entreprises localisées dans des endroits difficiles d’accès et excentrés pour embaucher.
  4. Le décalage entre les formations à l’embauche et les compétences attendues sur le poste (notamment sur l’aspect technique des postes et sur la mise en pratique).
  5. À la lecture de l’offre d’emploi, l’autocensure des candidats face aux postes proposés pour différentes raisons (préjugés, surqualifications du poste à pourvoir, peur de ne pas correspondre aux attentes de l’employeur).
  6. La difficulté d’accès à l’offre d’emploi par le candidat, peu de visibilité et d’informations importantes liées au poste sont communiquées (durée du contrat, rémunération, temps de travail).
  7. Le secteur d’activité et les conditions de travail du métier contraignant pour le candidat (travail posté, horaires décalés, pénibilité).
  8. Les avantages proposés parfois jugés insuffisants (salaires, tickets restaurant, temps de travail).
  9. La marque employeur est également un enjeu important, car le candidat ne se projette pas sur le poste et dans l’entreprise (avis négatifs sur l’entreprise, culture d’entreprise).
  10. Les perspectives d’avenir et d’évolution professionnelle dans l’entreprise sont pour certaines inexistantes pour le candidat (non-durabilité de l’emploi).

 

Que diriez-vous de nous retrouver dans une dizaine de jours pour un nouvel apprentissage sur ce thème ?


 

Bibliographie et webographie :

1 — C.O.D.E.S.P.A.R. (s. d.). Les métiers en tension sur le bassin d’emploi de Rennes. Codev-metropolerennes.

En savoir +

2 — Métiers en tension, métiers émergents. (1019, 10 octobre).

Documentation Onisep Site Onisep

3 — Les métiers en tension : de quoi parle-t-on ? – Observatoire régional des Métiers —Provence Alpes Cote d’Azur. (s. d.). Observatoire régional des métiers.

En savoir +

4 — CÉCILE REVEILLE-DONGRADI. (2019, janvier). Quels enjeux et préconisations pour les métiers en tension en région ?

En savoir plus

5 — Philippe Martin, Jean Pisani-Ferry, Xavier Ragot. (2020). Une stratégie économique face la crise. Notes du conseil d’analyse économique, 1-12.

En savoir plus