Une école du Groupe IGS
Campus Paris | Lyon | Toulouse |et 3 sites d'études : Londres . Madrid . Dublin
IGS RH Ecole
IGS RH Ecole
IGS RH | école ressources humaines

Salariés : comment réussir votre départ de l’entreprise ?

igs-rh paris lyon toulouse depart entreprise

Soigner son départ c’est impossible, seulement si vous croyez que ça l’est !

Quitter son entreprise n’est pas une étape anodine ! Que vous y ayez passé une semaine, un mois, ou plusieurs années le constat est le même : vous vous apprêter à quitter des personnes, un poste et aussi changer d’univers.

Une rupture peut être brutale, notamment après des années passées où des liens se sont crées.

Le saviez-vous ?

En France, selon un sondage réalisé par les Editions Tissot, ce sont 51% des salariés qui déclarent souhaiter quitter leur entreprise.

Je souhaite quitter mon entreprise : comment faire ?

Le départ d’une entreprise peut se révéler être un vrai casse-tête quand aucun mode d’emploi n’est disponible ! On ne sait pas comment s’y prendre. En effet, il existe plusieurs moyens de quitter son entreprise : démission, fin de contrat, rupture conventionnelle, licenciement etc… Certains de ces moyens sont à l’initiative de l’employeur et d’autres à l’initiative du salarié, mais dans tous les cas vous devez vous renseigner sur la bonne façon de faire.
Il est important de respecter la loi afin d’éviter les mauvaises surprises : la durée de votre préavis, des procédures complexes, les motifs etc. Pas de panique : vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site du gouvernement :   https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/N19611. N’oubliez pas : plus vous serez informé, plus votre départ sera bien géré !

Comment l’annoncer ? L’annonce est une étape très souvent négligée, ce qui ne facilite pas un départ serein… En réalité, lors du départ, la plupart des salariés sont angoissés voire terrifiés et préfèrent l’annoncer au détour d’un couloir sans formalisme réel. C’est une très mauvaise idée qui peut détériorer votre image de professionnel et altérer vos relations avec vos collègues et vos managers.

Rosa ROSSIGNOL[1] conseille vivement de donner la priorité de l’annonce à son responsable, avant ses collègues.[2]

Si votre départ de l’entreprise est de votre initiative, certaines préconisations sont à prendre :

  • Anticiper son départ de manière à prévenir votre employeur le plus tôt possible. Il convient d’en faire part à votre employeur, dès que votre décision est prise et qu’il ne fait aucun doute pour vous que vous souhaitez partir. Attention cependant à la durée du préavis qui vous lie à votre employeur.
  • Demander à votre employeur/ manager un rendez-vous formel.
  • Préparer un explicatif clair des raisons qui vous poussent à quitter la société. Si ce n’est pas obligatoire, c’est cependant toujours apprécié.
  • Préparer votre entretien chez vous afin de maîtriser au mieux le côté émotionnel de la situation car un départ n’est jamais facile.
  • Exposer ce que vous allez mettre en place afin de quitter la société dans les meilleures conditions.

En cas de licenciement, l’annonce auprès de vos collègues peut être plus délicate. Premièrement car vous êtes vous-même sans doute sous le choc de l’annonce, et deuxièmement car ce n’est pas une décision qui relève de votre choix. Il est donc préférable de prendre du recul et d’attendre de vous sentir prêt avant de l’annoncer à vos collègues.

Que faire ? C’est le moment.

Après l’avoir annoncé auprès de vos responsables et collègues, le travail continue et donc un conseil : conservez votre professionnalisme jusqu’à la fin de votre contrat !

S’assurer de la passation des missions

Adoptez une posture professionnelle et un bon état d’esprit, quel que soit le motif du départ. Il est préconisé de préparer une « to do list » ou un planning indiquant les missions essentielles sur lesquelles votre successeur doit être formé et ainsi lui laisser la main en l’accompagnant (si son arrivée se fait avant votre départ).

Pour faciliter la continuité après avoir quitté l’entreprise, vous pouvez laisser un manuel avec des modes opératoires ou des process. Ce document permettra à la personne qui reprend le poste d’apprendre à effectuer les missions sans être perdue. Enrichir ce manuel régulièrement permet une continuité sur le poste lors d’une absence et un gain du temps lors d’un départ. Il est également conseillé, si les conditions le permettent, de laisser ses coordonnées au successeur et à l’équipe de travail pour les rassurer. Dans le cadre d’un licenciement pour faute, il est préférable d’en demander l’autorisation à l’employeur pour éviter tout malentendu.Toujours dans cette logique de continuité du poste, il faut, dans la mesure du possible, boucler tous les projets importants avant votre départ.

Lucie*, 25 ans, nous raconte son expérience de passation dans le cadre de son départ : « Après une année d’alternance au sein d’Aquila RH (cabinet de recrutement), je devais prévoir la reprise de mon poste par quelqu’un d’autre. En effet, j’avais créé plusieurs partenariats avec des écoles dans le cadre du recrutement de jeunes talents. J’ai donc créé des processus afin d’expliquer toutes les étapes à prévoir pour contacter les écoles et établir les futurs partenariats. Ma remplaçante arrivait un mois après mon départ. Je lui ai donc laissé tous les chemins d’accès pour qu’elle puisse aller dans les dossiers des salariés, ainsi qu’un livre avec les explicatifs des missions dont j’étais en charge. La petite touche personnelle : je lui ai laissé un carnet de notes avec en première page un mot de ma part lui souhaitant la bienvenue ! »

Informer tous les contacts

Attention vous ne laissez pas seulement votre poste ou vos collègues, mais également d’éventuels clients, partenaires ou contacts. C’est pourquoi il est conseillé, si possible, d’inclure dans sa signature de mail les coordonnées de votre successeur en demandant de le mettre en copie de vos échanges. Le remplaçant aura ainsi un petit historique de mails lui permettant de mieux prendre ses marques.
Il est aussi nécessaire  d’annoncer votre départ auprès de vos interlocuteurs et, si possible, présenter brièvement la personne qui va reprendre le poste. Cette annonce doit être faite quelques jours avant le départ pour pouvoir répondre aux éventuelles questions.[3]

Le petit + : mettre en place une réponse automatique de mail post-départ incluant les coordonnées de votre équipe à qui faire suivre le message. Ainsi, aucun mail qui vous était adressé après votre départ ne sera perdu.

Et maintenant ?

Soignez votre départ !

C’est le moment de créer des liens avec vos collègues et vos managers afin de soigner votre réputation, comme le conseille Rosa ROSSIGNOL. Cela peut être précieux pour l’avenir de votre carrière professionnelle. N’oubliez pas de garder contact avec vos anciens collègues. C’est le moment pour mettre à jour vos réseaux professionnels, l’avenir est à construire et un ancien collègue peut devenir un futur recruteur…

Si c’est possible, et pour avoir plus de crédibilité lors de vos recherches d’emploi, demander à votre manager ou aux ressources humaines une lettre de recommandation. Il est toujours apprécié de pouvoir communiquer le numéro de votre ancien manager afin de faire une prise de référence auprès des personnes qui vont vous recruter.

Si la séparation ne vient pas de vous et que vous avez du mal à tourner la page, des associations, des cabinets d’outplacement peuvent vous accompagner dans cette démarche. La petite astuce des

IGSiens: un bilan de compétences peut vous être proposé grâce à votre CPF afin de faire le point sur votre situation professionnelle (https://www.moncompteformation.gouv.fr) Lors de cet entretien, un conseiller en évolution professionnelle (CEP) sera à votre écoute gratuitement pour vous aiguiller dans vos démarches professionnelles.

Soigner votre départ peut donc vous apporter bien plus que vous ne pensez : un solide réseau professionnel qui vous ouvrira de nombreuses portes ; un bon souvenir de la période passée dans cette entreprise ; et la satisfaction d’être resté professionnel jusqu’au bout.

Et si vous êtes à la retraite, il vous reste plus qu’à profiter !

 

[1] Rosa ROSSIGNOL, auteure du livre « Gérer efficacement un départ », éditions Dunod, 2012

[2] EYCHENNE Alexia, 4 conseils pour quitter son entreprise sans larmes ni fracas, (18/05/2012). Consulté sur www.lexpress.fr/, le 12/04/2020

[3] MATAS Jennifer, Rassurer ses contacts et clients, (04/01/2018). Consulté sur https://www.journaldunet.com/, le 10/04/2020