Une école du Groupe IGS
Campus Paris | Lyon | Toulouse |et 3 sites d'études : Londres . Madrid . Dublin
IGS RH Ecole
IGS RH Ecole
IGS RH | école ressources humaines

Déconfinement : la résilience des entreprises

IGS-RH-Deconfinement-resilience-entreprises

Après avoir dû faire face en catastrophe à un recours massif au télétravail, les services RH des entreprises doivent aujourd’hui mettre en place les aménagements nécessaires pour accueillir à nouveau leurs collaborateurs. La levée du confinement étant débuté le 11 mai dernier, IGS-RH vous propose de découvrir le protocole national de déconfinement mis en place par le Ministère du Travail.

Les RH sur le pied de guerre pour accueillir leurs collaborateurs

L’heure du déconfinement est finalement arrivée, les RH sont sur le pied de guerre pour accueillir à nouveau les collaborateurs ayant été en télétravail ou en chômage partiel. Mais au vu de la crise sanitaire qui est toujours d’actualité, les entreprises doivent se conformer au protocole national de déconfinement mis en place le 3 mai dernier. 

Ce protocole a pour objectif d’accompagner les entreprises de toute taille et de tout secteur, dans les solutions à intégrer en matière de distanciation physique, de pratiques d’hygiène et de sécurité afin de leur permettre de reprendre leur activité dans des conditions optimales. Le personnel RH est pleinement concerné, car il va devoir mettre en œuvre ces directives mais aussi en informer l’ensemble des collaborateurs, tout en collaborant avec les autorités sanitaires.

Les RH vont avoir par ailleurs un réel rôle d’accompagnement. En effet, selon une étude menée par Deskeo début mai 2020, 79 % des personnes interrogées ont déclaré être inquiètes à l’idée de retourner travailler. Franck Zorn, co-fondateur de Deskeo, a ainsi précisé que « les Français ont besoin d’être rassurés par leurs employeurs. En cette période de crise, il est vital que les entreprises communiquent activement avec leurs salariés pour que leur retour se passe avec sérénité et dans les meilleures conditions possibles ».

Il est à noter que ce protocole vient s’ajouter à des guides sectoriels métier, validés par le ministère du Travail et le ministère de la Santé.

Les RH doivent ainsi faire preuve d’une adaptabilité sans faille, de réactivité mais aussi d’une écoute et d’un accompagnement auprès de chacun. Les enjeux sont de taille, et les RH ont plus que jamais un rôle à jouer dans cette période délicate.

Le protocole national de déconfinement en détail

Une « jauge » d’espace

Le Haut Conseil de la santé publique a défini un critère universel d’occupation maximale des espaces (« jauge »), à 4m² minimum par personne. Cette jauge permet de respecter la distanciation physique minimale de 1 mètre.

La gestion des déplacements

Des règles d’utilisation des espaces et de circulation doivent être appliquées afin de permettre une fluidité et ainsi éviter des goulots d’étranglements. 

Les équipements de protection individuelle (EPI)

Si les mesures de protection collective ne peuvent être mises en place, les entreprises doivent alors avoir recours aux EPI, avec l’utilisation de masques, de blouses, de gants… Les entreprises doivent s’assurer d’avoir un approvisionnement constant d’EPI qui sont à usage à unique.

Le nettoyage des locaux

Les entreprises vont devoir revoir leur procédure de nettoyage et utiliser des produits contenant un tensioactif (savons, dégraissants, détergents, détachants).

En cas de collaborateur symptomatique

Si un collaborateur présente des symptômes du Covid-19, l’entreprise va devoir immédiatement appliquer une procédure de prise en charge, à savoir :

  • Isoler la personne qui devra obligatoirement porter un masque ;
  • Protéger la personne, les personnes ayant été à son contact, l’ensemble des collaborateurs ;
  • Rechercher des signes de gravité.

L’équipe de santé de l’entreprise devra être tenue informée, tout comme le médecin du travail, le médecin traitant ou le SAMU, selon le niveau de gravité. Si le Covid-19 est confirmé, il sera alors nécessaire de procéder à l’identification et la prise en charge des contacts évalués à risque.

Quid de la prise de température et du dépistage ? 

Si l’entreprise le souhaite, elle peut contrôler la température de ses collaborateurs dans le respect du Code du Travail (article L1321-5). Il est toutefois à noter que cette étape est déconseillée du fait que la fièvre ne soit pas systématique chez les malades, et les collaborateurs sont en droit de refuser.

Concernant le dépistage, les campagnes ne sont pas autorisées car elles doivent être réalisées par des professionnels de santé formés.

Les RH montrent aujourd’hui plus que jamais leur rôle prépondérant dans une entreprise. Vous souhaitez faire carrière dans ce domaine passionnant, aux multiples casquettes ? Découvrez les formations RH proposées par IGS-RH, qui vous préparent à devenir l’acteur RH de demain !